Terroirs et cépages

Implanté sur les coteaux de l’Allier, de la Sioule et de la Bouble, le vignoble est installé sur des sols tantôt granitiques, tantôt argilo-siliceux, voire totalement sablonneux.

Les sédiments de rivières et les galets issus de celles-ci confèrent aux sols une formidable source d’énergie, emmagasinant les rayons du soleil aux heures chaudes de la journée et restituant cette énergie à la faveur de la fraîcheur nocturne.

Implantés sur ces sols, cinq variétés constituent l’encépagement du Saint-Pourçain

LE GAMAY : d’origine Beaujolaise, ce cépage donne des vins rouges légers, fruités, qui sont rarement destinés à la garde, souvent considérés comme des vins de soif, ils se consomment généralement un peu frais. Les vins rosés sont très généralement obtenus à partir du cépage Gamay. En effet, la pulpe étant incolore, elle puise les pigments rouges dans la pellicule du raisin au cours de la macération. Si la macération est courte, le jus sera peu coloré, donc rosé. La couleur du rosé peut ainsi varier d’un orange pâle à un rose bonbon.

LE SAUVIGNON : très présent dans le Val de Loire, le Sauvignon est un cépage très minéral avec une forte personnalité aromatique. En assemblage avec le Chardonnay, il apporte une palette d’arômes flatteurs et explosifs. C’est le seul cépage optionnel dans le Saint-Pourçain.

LE CHARDONNAY : autre grand cépage bourguignon, le Chardonnay s’épanouit pleinement sur nos sols sableux, donnant un vin blanc aux arômes de fleurs blanches et aux reflets jaunes-verts. Certains millésimes présentent un gras en bouche tout à fait compatible avec une garde moyenne de l’ordre de 4 à 5 ans. Il est également la base des vins blancs que l’on élabore selon la Méthode Traditionnelle (Champenoise) afin d’obtenir l’effervescence dans la bouteille.

LE PINOT NOIR : cépage bourguignon par excellence, le Pinot Noir est probablement l’un des cépages les plus connus et les plus nobles de France. Son aptitude au vieillissement permet d’obtenir des vins à conservation longue. De couleur moins soutenue que le Gamay, il développe généralement des vins subtils, plus tanniques et qui se bonifient à la faveur d’un élevage en fûts de chêne.

LE GAMAY : d’origine Beaujolaise, ce cépage donne des vins rouges légers, fruités, qui sont rarement destinés à la garde, souvent considérés comme des vins de soif, ils se consomment généralement un peu frais. Les vins rosés sont très généralement obtenus à partir du cépage Gamay. En effet, la pulpe étant incolore, elle puise les pigments rouges dans la pellicule du raisin au cours de la macération. Si la macération est courte, le jus sera peu coloré, donc rosé. La couleur du rosé peut ainsi varier d’un orange pâle à un rose bonbon.